HISTORIQUE



Historique
En juillet 1994, après un périple dans les Églises ukrainienne et grecque non canoniques, j’ai été reçu comme hiéromoine dans l’Église orthodoxe en Amérique par Mgr Séraphim Archevêque d’Ottawa. Les moines tonsurés dans cette Église étaient dispersés et avaient des responsabilités pastorales paroissiales. Ils n’avaient aucun intérêt pour la vie monastique.  À l’été 2004, au moment de son ordination épiscopale à Montréal, j’ai demandé à Mgr Nicolae s’il y avait une place pour un monastère dans sa pastorale diocésaine. Alors avec la bénédiction de Mgr Séraphim, je suis passé à l’Église roumaine et j’ai fondé la Communauté monastique de la Protection de la Mère de Dieu. En août 2004 je recevais les lettres patentes du gouvernement du Québec selon la loi sur les corporations religieuses. En octobre 2004, l’Archevêque me nommait higoumène de la Communauté en définissant mes tâches et en novembre suivant, la Communauté était inscrite officiellement dans le diocèse.

Dès le début j’ai voulu exprimer clairement nos objectifs. Notre premier but est de vivre la vie monastique selon la tradition des Églises orthodoxes. Ces objectifs se trouvent sur notre dépliant publicitaire : Bien que d’obédience roumaine, notre monastère se veut d’expression française pour mieux incarner l’Église orthodoxe au Québec. De vocation œcuménique, il accueille les chrétiens de toute dénomination qui veulent approfondir leur foi au contact de la spiritualité chrétienne orientale, telle que vécue par les orthodoxes. Nous ne voulions pas nous enfermer dans une enclave ethnique quelle qu’elle soit, roumaine ou québécoise.  Nous avons toujours dit que notre monastère, idéalement, serait à l’image de l’orthodoxie en Amérique. Des moines de toutes les origines ethniques qui accepteraient de vivre ici et en français leur expérience monastique.

Ayant établi les bases de notre projet de vie, je dis notre parce que M. Denis Marier s’était joint à moi pour le vivre, nous avons cherché un lieu où nous établir et créer un véritable Monastère. C’est à Wentworth que les signes de Dieu nous ont conduits.

Après avoir vendu ma maison de Pointe-aux-Trembles, j’avais la moitié de la somme qu’on demandait pour la propriété. Alors M. Grigore Alexandru nous a offert de nous prêter la différence. Ainsi, le 19 août 2005, la Communauté monastique orthodoxe de la Protection de la Mère de Dieu devenait propriétaire de 11 acres de terrain et des constructions qui s’y trouvaient. Plusieurs bénévoles sont venus nous aider à transformer le garage en église et la bénédiction eut lieu le 7 octobre suivant par l’Archevêque Nicolae assisté de plusieurs prêtres de différentes Juridictions. Les Roumains du Québec découvraient ici un lieu qui leur rappelait les monastères si nombreux en Roumanie et où ils aimaient aller se ressourcer spirituellement.

En janvier 2006, M. Marier était tonsuré au rassophorat et recevait le nom de Frère Élie.

En 2007, nous entreprenons la construction d’un agrandissement de la maison pour avoir des chambres, un espace bibliothèque et un atelier de travail. Ces travaux ont été rendus possibles grâce au Frère Élie qui les a assumés en utilisant ses REER. Cette même année, j’ai accueilli le Père Daniel Baeyens qui était expulsé de Rawdon par la communauté russe. À sa demande, je l’ai relevé de ses liens avec la Communauté en 2015.
En février 2008, Père Jean Cassien qui allait devenir évêque vicaire pour l’Archidiocèse, venait s’établir au Monastère et il y est resté jusqu’à son élévation comme évêque du Canada en 2017.

En 2009, le Père Olimpiu Marginean était ordonné diacre dans notre église par le nouvel évêque vicaire et, cette même année, Mme Anne Lavoie nous demandait de joindre l’Église orthodoxe pour vivre un projet de vie monastique érémitique. Nous avons alors décidé de contracter une hypothèque et de construire un petit ermitage pour répondre adéquatement à ses aspirations. Après un séjour en Roumanie pour explorer la vie monastique, elle est revenue au Québec pour continuer son Noviciat. Elle nous a quittés en 2010 pour des raisons de santé.

Le développement rapide de notre projet demandait qu’on trouve un moyen de générer des revenus supplémentaires. Les dons des fidèles, bien que généreux, ne suffisaient plus. Le Frère Élie avec l’aide de M. Grigore Alexandru et M. Lucian Voiculet ont alors monté un atelier de cierges en cire d’abeilles pour les offrir aux paroisses qui acceptaient de nous soutenir. La réponse a été suffisante pour nous permettre de rembourser notre dette à M. Alexandru et notre hypothèque à la banque.

En octobre 2011 nous avons reçu tous les moines d’Amérique pour une première synaxe avec les évêques. Cette même année, après la fermeture de la mission de Sept-Iles, j’ai accepté que le Père Olimpiu se joigne à nous pour la vie liturgique.

En 2012, Père Cyrille publie son livre : « De l’image à la ressemblance » sur la lecture des icônes des fêtes majeures.

En 2014, nous avons construit le chemin de ceinture de la propriété et nous avons emménagé un emplacement pour un cimetière. Ensuite nous avons couvert la terrasse pour pouvoir l’utiliser à son maximum et nous avons construit un abri permanent pour les autos. Cet abri s’est avéré fort utile pour les agapes en certaines circonstances.

En 2015, nous avons décidé de construire une église de style Maramures. Certains de nos fidèles ont alors débuté une campagne de financement et ont créé des activités sociales qui ont bien rapporté.

Cette même année, une crise importante avec le clergé roumain, suite à ma réaction au projet de Constitution du diocèse du Canada, a changé le cours de la vie au Monastère. Nous avons dû prendre la décision de quitter l’Église roumaine et chercher ailleurs une Église accueillante.

En 2017, nous sommes acceptés par le Métropolite Michel, alors de l’Éparchie orthodoxe de Paris et de toute la France dans le Patriarcat de Kiev, maintenant évêque Korsoun dans la nouvelle Église autocéphale d’Ukraine créée le 6 janvier 2019 par le Primat de Constantinople Bartolomée 1er.

En avril de cette même année, le Frère Élie est tonsuré stavrophore et prend le nom de père Denis. Il est ordonné diacre par le Métropolite à sa première visite pastorale en septembre 2017. A cette même visite, le Père Cyrille est nommé archimandrite mitrophore et est confirmé dans sa charge.

 

 



Le monastère et la chapelle (septembre 2007)

PAGE PRINCIPALE
HISTORIQUE
CALENDRIER LITURGIQUE
LES HORAIRES
NOUVELLES
HOMELIE DU DIMANCHE
CHANTS DE LA PROTECTION
CIERGERIE
HOTELLERIE MONASTIQUE ET RETRAITE
MULTIMEDIA
COORDONNÉES
DONS
banner
title
copyright 2011 monastereprotection.com | all rights reserved